Emilio Vedova, un film à dire à l’artiste

Venise – En le plus silencieux de jours qui coïncident avec la deuxième partie de la Mostra del Cinema de Venise est le temps de voir quelques films de l’exception. Et’ le cas de la courte, mais bien édité documentaire réalisé par Emilio Vedova. À partir de la partie de l’épave que l’événement parallèle des Journées des Auteurs (rejoint en 2019, lors de la 16e édition) a mis palinesto dans le cycle des Nuits à la Vénitienne, le mercredi 4 septembre à 21h30 et a répété le lendemain à 18:30 Externe pour la Nuit dans le cinéma de Rossini et de Candiani.

Le film est réalisé par Tomaso Pessina est une production réalisée par les milanais Étude des Jumeaux pour la Fondation Emilio et Annabianca Vedova et offre 65 minutes de documentaire, d’un portrait dans la ronde de l’artiste Emilio Vedova en 2019, nous célébrons le centenaire de la naissance.

Et le film flux rapide, merci pour le fil offert par l’artiste, s’arrête de temps à autre dans les Pages de la Revue, la collection d’autographes écrits qui vibrent encore avec la voix vivante de l’artiste-peintre qui, ici, est lu par Toni Servillo, qui renvoie au public, Emilio Vedova, dans l’esprit et de la personnalité, poétique, fragmenté, impulsif, et instinctivement brillant.

Toni Servillo in Emilio Vedova
Toni Servillo dans le film « Emilio Vedova. De la part de l’épave du » – avec l’aimable autorisation de © 2019 Fondation Emilio et Annabianca Vedova

Des mots qui sont enrichies par une grande recherche documentaire qui permet de localiser le matériel, pour beaucoup inédites versets, qui, combiné avec d’intéressants entretiens – Alfredo Bianchini, Président de la Fondation dédiée à Emilio et la petite amie d’une vie, Annabianca) Germano Celant, de Karole Vail (Directeur de la Collection Guggenheim et le petit-fils de Peggy) et Fabrizio Gazzarri, l’historique adjoint de la Veuve, jusqu’à Georg Baselitz, le grand peintre allemand ami de la Veuve, qui, à l’occasion du centenaire, il est commissaire de l’exposition de Emilio Veuve de/par Georg Baselitz en cours à l’Entrepôt de Sel, l’espace de la Fondation, restauré par l’architecte Renzo Piano, un ami de la Veuve depuis l’époque de la “Prometeo” par Luigi Nono – et un peu de bien-visant reconstitutions animées en mesure de concert pour fournir une image authentique de l’artiste vénitien.

Précieux documents inédits viennent du massif des archives de la Fondation: extraits vidéo, des enregistrements audio, matériel d’autographes, avec un accent particulier en particulier sur les matériaux qui laissent de l’espace pour la physicalité de la Veuve, dans le visage de la toile et de la peinture. À partir de l’écran de la Veuve nous parle de l’approche personnelle de la peinture, de son admiration pour le Tintoret, son concept de spatialité de l’œuvre d’art, de son de Venise.

Pour ceux qui n’ont pas la chance d’être au Spectacle, au Cinéma cette fois pour voir Emilio Vedova. À partir de la partie de l’épave, dès que le film sera disponible dans la programmation de l’automne de la chaîne de télévision Sky Arte.

Laisser un commentaire